Comment faire un mélange 2 temps

Comment faire mon mélange 2T

          

Si le moteur 2 temps présente l’avantage d’être plus léger que son homologue à quatre-temps, il impose néanmoins de prévoir pour le faire tourner un mélange huile/carburant puisqu’il ne possède de carter d’huile.

Rappelons ici le rôle essentiel de l’huile, indispensable lubrifiant des organes du moteur.

A vous de préparer le graissage, en ajoutant directement une huile spéciale dans votre essence afin de constituer le mélange.

Les dosages différent d’un produit à l’autre, mais les constructeurs indiquent aussi bien dans les notices que sur les machines-mêmes les proportions à respecter, ainsi que le type d’huile à utiliser afin de garantir le bon fonctionnement du moteur.

Attention : ne pas respecter cette condition, c’est user prématurément votre moteur et risquer de le casser. Et vous ne pourrez pas faire jouer votre garantie..

Le matériel nécessaire :

Les fournisseurs d’huile-moteur proposent des bidons déjà gradués, ou bien des dosettes.

Si vous souhaitez néanmoins préparer une quantité supérieure à ce que peut contenir votre doseur, équipez-vous d’un bidon de plusieurs litres. Veillez à ce qu’il soit doté d’une fenêtre de mesure (ce qui facilitera le mélange et permettra de voir rapidement le niveau de remplissage) et du système anti-débordement, très éco-friendly.

Enfin munissez-vous d’une touillette propre pour mélanger les deux composants de votre mélange.

Aïe ! J’ai perdu ma notice !

Pas de panique. Les constructeurs ont anticipé ce genre de situation en inscrivant sur les  machines le ratio carburant : huile.

Attention là aussi : le mélange n’est pas le même selon les machines (tondeuse, tronçonneuse, débroussailleuse, taille-haie, souffleur de feuilles thermique, etc…).

40 : 1, 50 : 1, ça veut dire quoi ?

On vous rassure de suite ! Inutile de sortir de maths sup / maths spé pour constituer un mélange 2 T.

D’abord, de quoi parle ’t-on ? D’un ratio, autrement dit d’un pourcentage. 40 : 1 signifie simplement que pour 40 unités d’essence, il faut 1 unité d’huile.

On peut aussi l’exprimer différemment : si pour 40 unités d’essence j’ai besoin d’une unité d’huile,  combien pour 80 unités d’essence ?

40 x 2 d’un côté (qui donne 80), donc 1 x 2 de l’autre.  

Pour 80 unités d’essence, 2 unités d’huile.

Et pour 100 unités, 2.5  (40 x2.5 =100)

Votre mélange 40 : 1 est donc un mélange à 2.5%

Concrètement donc, si votre notice ou votre machine indique 40 : 1, ou s’il préconise un mélange à 2.5%,  pour constituer votre mélange, vous additionnerez 1 cl d’huile  à 40 cl d’essence.

Quelle bonne huile je dois utiliser ?

La qualité de l’huile va préserver la longévité et le bon fonctionnement de vos outils de motoculture.

Il existe bien sûr des huiles spécifiques au moteur thermique 2 temps. On les trouve plutôt facilement en grandes surfaces ou jardineries.

Il existe 3 types d’huiles 2 T :

Minérale, semi-synthétique, 100% synthétique.

Les huiles minérales sont deux fois moins lubrifiantes que les 100% synthèses. Elles sont donc plus adaptées aux moteurs thermiques aux régimes de faible rotation à des moteurs.

Les semi-synthèses sont elles aussi moins lubrifiantes que les 100%, mais plus que les minérales. Elles s’adaptent à la majorité des moteurs. Elles sont donc très courantes.

Les huiles synthétiques 100%, logiquement adaptées à tous les moteurs. Elles supportent parfaitement les utilisations fréquentes et sont parfaitement adaptées au moteur à essence qui subit de fortes contraintes.

Enfin, sachez que les synthétiques sont beaucoup moins polluantes que les huiles minérales.

A titre indicatif :

Pour une huile minérale : mélange à 5 ou 6 % du volume d’essence.

Pour une huile semi-synthétique : mélange à 3 %.

Pour une huile synthétique : diluée à moins de 2 %.

En cas de doute, lisez les indications sur le bidon d’huile ou n’hésitez pas à demander conseil au vendeur en précisant le modèle de votre outil thermique à 2 T.

Vous avez constitué votre mélange en utilisant une huile minérale au lieu d’une huile de synthèse ? Rassurez-vous ! Votre moteur tournera quand même et il ne sera pas endommagé.

Et quelle essence je dois prendre ?

Utilisez toujours de l’essence SANS PLOMB SP95 / SP95 –E10 / SP98.

Privilégiez si vous le pouvez la SP95 à la SP95-E10. L’éthanol est une substance assez agressive qui peut au fil des saisons assécher le moteur et ronger les joints.

L’essence, mélange d’hydrocarbures légers étant périssable, pensez à préparer votre mélange par petites quantités.

 Conservez-le dans un endroit sec et frais pas plus de 6 à 8 semaines.

Comment je constitue mon mélange ?

Choisissez un bidon propre et gradué. (Les jerricans de 5 litres sont faciles à remplir et à transporter).

Versez la quantité d’huile dedans, puis complétez par la quantité d’essence souhaitée.

Bien mélanger avant de verser le mélange dans le réservoir de votre machine 2 temps.

Pensez également à noter sur votre bidon la date à laquelle le mélange a été réalisé.

Astuce : à l’aide d’un feutre, notez la date à laquelle vous avez réalisé votre mélange !

Ne faites jamais le mélange à même le réservoir.

Que faire d’un vieux mélange ?

Comme on l’a vu plus haut, le mélange ne se conserve pas au-delà de quelques semaines.

Il est donc préférable d’utiliser au plus vite le bidon de mélange constitué.

Trop ancien, le mélange huile/carburant perd de ses qualités et risque d’obturer le filtre à carburant en plus de gripper le moteur.

Les agents contenus dans l’essence sans plomb dégradent dans le temps la qualité du mélange.

En effet  l’essence sans plomb  perd ses qualités détonantes, une perte provoquée par la baisse de son taux d’octane.

Donc s’il reste un mélange non utilisé dans le réservoir de votre outil thermique qui risquerait d’endommager ce dernier, videz-le avant de le remplacer par un mélange récent.

Néanmoins, sachez qu’un vieux mélange fait un parfait dégraissant !

Et si je n’ai pas mis assez d’huile dans mon mélange ?

Si la quantité d’huile de votre mélange est insuffisante, les parties articulées du moteur risquent de chauffer anormalement, ce qui entraînera une dilatation plus ou moins importante des métaux.

Conséquence : serrage du moteur (film d’huile pas assez important, combustion complète de l’huile) et/ou casse des roulements de vilebrequin, piston et cylindre qui se touchent…

Si vous vous apercevez du problème assez vite : arrêtez immédiatement le moteur et siphonnez le réservoir avant de faire un mélange mieux équilibré.

 Soyez néanmoins TRES vigilant dès la préparation. En effet, difficile de s’apercevoir de ce type de problème (mauvaise lubrification) avant que le moteur essence ne cesse de fonctionner. Sans quoi vous ne pourrez pas faire l’économie d’un démontage du moteur.

Et si j’en ai trop mis ?

Ce défaut est plus facile à détecter que le précédent : de la fumée bleue se dégage à l’échappement, la bougie s’encrasse et provoque des coupures d’allumage ou l’arrêt complet du moteur.

Vérifier vos filtres (filtre à essence / filtre à huile).

Ici, fort heureusement, pas de risque de casse. Et comme vu précédemment, dès le problème détecté, videz le réservoir avant de le remplir à nouveau avec un mélange mieux équilibré.

Tableau dosage essence
tableau dosage

Comment je vais pour démarrer mon moteur 2 temps ?

Pour démarrer correctement votre moteur, il y a bien sûr quelques étapes à respecter

  1. On vérifie tout d’abord le niveau du mélange
  2. On met e contact sur »ON »
  3. On met le starter
  4. On presse sur la pompe d’amorçage (si la machine en est équipée) jusqu’à ce qu’on aperçoit l’essence
  5. On maintient l’accélérateur durant le démarrage
  6. Si le moteur démarre, on ramène le starter sur sa position, on accélère à nouveau quelques secondes
  7. Votre outil thermique est prêt à être utilisé !

Les alternatives

Si on parle tout d’abord de  l’alternative au mélange essence huile fait maison, on parle du mélange prêt à l’emploi. Moins polluant, meilleure combustion, le mélange tout-prêt est également plus onéreux, même s’il convient de reconnaître que pour les moteurs essence, sa qualité et sa conservation (due  la présence d’additifs) représente une meilleure garantie de durée de fonctionnement.

Mais si on parle du moteur à deux temps en général, le moteur à quatre temps reste plus ecofriendly, même si la technologie du 1er a fortement progressé.

Principes de base du moteur 4 temps :

1er temps : Le mélange air essence est aspiré.

2nd temps : Compression du mélange durant la montée du piston. En fin de compression, inflammation du mélange gazeux par l’étincelle d’allumage (la bougie).

3ème temps : Les gaz sont portés à une température élevée par combustion. Explosion. Le piston est entraîné vers le bas par l’effort exercé.

4ème temps : Echappement, la soupape s’ouvre à nouveau.

Principes de base du moteur 4 temps :

1er temps : Compression avec inflammation des gaz en fin de cycle.

2nd temps : Détente et explosion.  La combustion porte les gaz à très haute t°. L’explosion crée une pression qui elle-même augmente et entraîne le piston vers le bas par l’effort exercé.

Vous aimerez aussi

Laissez un commentaire