DIY : Fabriquer un composteur

par Gael
0 commentaire
composteur

Vous êtes propriétaire d’un jardin, vous êtes sensible à la cause environnementale et  vous souhaitez recycler un maximum de déchets domestiques ? Pourquoi ne pas fabriquer vous-même un composteur ?

Vous allez pouvoir alléger la poubelle de la cuisine de nombreux de ses déchets, et même utiliser les déchets de tonte du jardin afin d’obtenir un fertilisant naturel. Qui lui-même enrichira votre terre potagère ou d’engrais pour vos plantes d’ornements.

Fabriquer un composteur en palettes est à la portée de tous. C’est également une activité assez pédagogique à faire avec les enfants pour une sensibilisation aux enjeux écologiques, au recyclage et à la Nature.

Alors à vos outils, 3, 2, 1, bricolez !

Pourquoi utiliser un composteur

Le compostage ce n’est après tout qu’un amoncellement de déchets organiques et végétaux, issus le plus souvent du jardin et de la cuisine, qu’on dépose sur de la terre ameublie.

Reconnaissons que ce n’est pas super esthétique. Et c’est là l’avantage du composteur (qu’on appelle également « silo à compost). Il contient le compost, nécessite un minimum d’intervention et de manutention, et stocke les déchets à l’abri des regards. Plutôt pratique, n’est-ce pas ?

Le matériel nécessaire

Les outils :

Une visseuse

Pointes / Vis à bois, cruciformes, entre 35 et 45 mm de longueur

8 équerres métalliques d’assemblage

2 charnières (pour le couvercle)

Grillage à mailles fines (13 mm)

Une agrafeuse murale (ou des crampillons)

Les palettes :

Les palettes, un univers en soi…

Il y en a des rouges, des bleues, des siglées « EUR » ou « EPAL » … Laissez celles-là de côté, elles appartiennent au circuit des transporteurs, donc réutilisables, et sont en plus traitées chimiquement.

Privilégiez les palettes non consignées et non traitées, aux planches assez rapprochées. Là aussi, vous verrez des palettes estampillées HT (pour Haute Température) ou BM (Bromure de Méthyle), qui est un traitement chimique. Evitez si possible d’utiliser ces dernières.

Où placer votre composteur

Pour conserver un minimum d’humidité, le mieux est de placer le composteur à l’ombre, sous un arbre par exemple, le long d’une haie, et si cela vous est possible, au Nord du jardin, ou à l’Est.

Attention, n’allez pas placer non plus votre composteur à l’autre bout du jardin.  Vous finirez par renoncer à y aller.

Le composteur une fois placé ne sera pas censé bouger.  Posé à même le sol pour que les vers et autres lombrics puissent circuler librement, pensez à bien aplatir la terre. Qui plus est, une construction trop bancale accélèrerait de façon prématurée le vieillissement de la palette du coté où pencherait le compost.

composteur

Le procédé / Les étapes

  1. Formez un angle droit (90°) en maintenant 2 palettes debout.
  2. Dans l’angle interne, à environ 15 cm du haut, vissez une équerre
  3. Faites la même chose, à 15 cm du bas
  4. Afin de former les 4 cotés de la structure, répétez 1, 2 et 3 sur une 3ème et 4ème palettes
  5. Découpez le grillage
  6. Tapissez les parois internes, tendez et fixez le grillage aux cadres des palettes
  7. Placez à l’intérieur du géotextile

Si vous souhaiter rajouter un couvercle :

  1. Découpez les planches d’une nouvelle palette
  2. Utilisez 2 montants à scier de manière à ce qu’ils soient pus courts que l’intérieur du composteur
  3. Retaillez les planches qu’elles puissent parcourir les 2 bords du composteur
  4. Comme pour barder, fixer ces planches entre elles sur les montants
  5. Le bois est vivant. Pensez à garder 2 ou 3 mm d’écart entre chaque planche !
  6. Tracez l’emplacement des 2 charnières, puis vissez.

Quelques variantes…

Le procédé décrit ci-dessus nécessite au moins 5 palettes (4 pour la structure, 1 pour le couvercle). On peut néanmoins réduire leur nombre en remplaçant un certain nombre de planches de bois par du grillage.

Vous pouvez agrémenter votre composteur d’une trappe en plus du couvercle, ou encore installer des charnières sur un côté pour l‘utiliser comme une porte.

Si vous générer beaucoup de déchets, un composteur à plusieurs silos peut s’avérer pertinent. L’intérêt ? Au fur et à mesure que votre compost de dégrade, vous le transvaser d’un silo à l’autre dans le but d’oxygéner toute la biomasse en décomposition et d’obtenir du compost au même degré de décomposition dans chaque silo. A noter que chaque compartiment doit avoir sa façade percée ou démontable afin d’accéder directement au compost. Une planche percée facilitera l’aération du compost.

Enfin, rien ne doit limiter votre imagination, à vous de penser le composteur qui vous convient le mieux : un double composteur, un composteur sans couvercle,  voire transformer une poubelle en fer en composteur vintage, mais là on sort des palettes…

Quelques conseils pour bien démarrer son compost

Déchets végétaux, déchets alimentaires organiques, déchets de tonte, le mélange de ces différentes sources de compost fera un excellent fertilisant à condition de respecter certaines règles ; ne pas trop tasser le compost afin de le laisser respirer, alterner des couches de déchets secs avec des déchets plus humides, remuer régulièrement le compost pour l’homogénéiser, l’arroser au besoin.

On peut également donner un coup de fouet en boostant  la décomposition grâce aux activateurs de compost, en vente dans les grandes surfaces spécialisées ou jardineries (comme le Solabiol, Naturasol …).

Faire son compost : quels biodéchets et déchets verts privilégier?

Pour obtenir un engrais naturel et de bonne qualité et issu des bacs de votre composteur en bois, sélectionnez avec soin les matières  organiques à recycler :

  • Marc de café
  • Herbes (coupées ou tondues lors de séances de jardinage)
  • Cendres (cheminée)
  • Pelures de fruits et légumes
  • Papier-journal
  • Mauvaises herbes
  • Epluchures
  • Fumier
  • Produits de tontes
  • Produits biodégradables….

Le composteur, c’est fait ! Et après ?

Si vous avez pris goût à la fabrication d’un composteur  en palettes, pourquoi s’arrêter en si bon chemin ?

Dans le même ordre d’idée, confectionner votre jardinière, aux dimensions que vous voulez et à un coût sûrement moins élevé que celui pratiqué en magasin. Un bel avantage des palettes non traitées : elles sont la plupart du temps en bois de pin sylvestre, épicea ou Douglas. Donc naturellement  imputrescibles.

Les outils :

Visseuse

Equerre

Scie

Tenaille

… et le matériel :

1 palette

1 tasseau brut

1 bâche en plastique

vis à bois cruciformes (45 mm)

4 roulettes (si vous souhaitez une jardinière amovible)

  1. Récupérez les planches en démontant la palette,  traverses et longueurs
  2. Vissez deux plots de palette à l’extrémité de deux planches afin de former les pieds
  3. Fermez le fond de la jardinière.
  4. Fixez une dernière traverse, fixez-la aux deux autres à l’aide de tasseaux.
  5. Fixez des tasseaux aux quatre angles de la caisse et à la verticale.
  6.  Clouez  les quatre côtés avec le fond

Votre jardinière doit pouvoir supporter le poids de la terre des fleurs. N’oubliez qu’une terre mouillée est toujours plus lourde qu’une terre sèche.

  • Imperméabilisez le fond de la jardinière avec une bâche. Certains grands sacs bleus et suédois conviennent idéalement pour ça J. Veillez à l’installer jusqu’à mi-hauteur de la jardinière (et éviter ainsi d’inonder la terrasse au moment d’arroser
  • N’oubliez pas de percer la bâche au –dessus des espaces inter-planches du fond afin de laisser l’eau s’évacuer et non stagner
  • Remplissez votre jardinière de terreau + billes d’argile

Votre jardinière peut être peinte par les enfants, et les adultes planteront ce qu’ils veulent.

composteur

Où trouver des palettes gratuites ?

Il est difficile de penser que les grandes entreprises cèderont facilement leurs palettes. Pour la simple et bonne raison qu’ils ont déjà la plupart du temps leur propre circuit de récupération. En revanche, les petites ou toutes petites entreprises, qui reçoivent une ou deux palettes, ne savent pas trop quoi en faire. Elles seront donc, en principe, ravies de pouvoir s’en débarrasser gratuitement. Démarchez les PME et TPME autour de vous et n’hésitez pas non plus à vous déplacer.

Et puis racontez-nous!

Bah oui ! Vous avez suivi nos conseils ? Fabriquer un composteur ? Une jardinière ? Voire les deux ? Laissez-nous un commentaire et dites-nous si l’élaboration a été facile, laborieuse, ce qui a poussé, envoyez des photos, bref, on a hâte de vous lire.

Vous aimerez aussi

Laissez un commentaire